2018 Get Ready Management | Webdesign : chota communication

BIOGRAPHIE

Etats-Unis, comme exemple. "Mon grand frère est aujourd’hui un excellent coureur de demi-fond. Nous allions skier ensemble et je voulais absolument le suivre sur les pistes. Mes parents me poussaient dans la même direction, ils ont toujours essayé de me mettre avec des valides. La différence entre eux et moi a toujours été un vecteur de motivation, car je la vois comme ma marge de progression."

Théo Gmür est un skieur handisport né le 8 août 1996 (1m72, 70 kg). Originaire de Haute-Nendaz en Suisse, une station de sports d’hiver nichée au cœur des Alpes dans le canton du Valais,  le jeune prodige chausse pour la première fois des skis à l’âge de trois ans. C’est en voulant imiter son frère aîné que l’athlète prend goût à la compétition. Sur les pistes, il prend en effet Thomas, qui a opté pour la voie sport-études aux

Atteint d’une hémiplégie du côté droit depuis ses deux ans suite à un accident vasculaire cérébral, Théo Gmür réalise donc chaque jour une performance sportive exceptionnelle en apprivoisant un handicap qui le prive d’une bonne partie de son équilibre, de force et de coordination entre le haut et le bas de son corps.  Ce jeune athlète qui poursuit malgré tout son apprentissage au sein des valides est un véritable exemple d’abnégation. Dès son plus jeune âge, il s’entraîne sans relâche en s’inspirant de ses modèles Franz Klammer ou Henrik Kritoffersen et rejoint Swiss Paralympic en 2013. "Dès qu’il y a une situation imprévue, je dois tout récupérer avec le côté gauche, qui fatigue donc beaucoup plus vite." En 2018, son super-G

olympique coréen l’illustre parfaitement: à quelques portes de l’arrivée, dans un virage pied droit, le Nendard se retrouve au bord de la chute, mais parvient à se récupérer grâce au travail de la jambe intérieure gauche. Les aléas de la vie n’entament pas sa détermination : il subit deux opérations au poignet et à la cheville nécessaires à l’amélioration de son quotidien et à éviter que ses muscles ne s’atrophient davantage. Les fortes douleurs et la rééducation auraient pu avoir raison de sa motivation. C’est tout l’inverse. Il veut profiter de ces intervention chirurgicales pour renforcer sa condition physique et se donner une nouvelle chance, persuadé qu’il peut encore réaliser de belles choses sur les skis.

Avec raison, puisque sa carrière va en effet prendre un véritable envol début 2017, lorsqu’il décroche la médaille d’argent aux Championnats du monde de Tarvisio le 30 janvier. Celui qui mène actuellement des études de marketing à la Haute école fédérale de sport de Macolin en parallèle, est également désigné « Best Newcomer Swiss Paralympic » de l’année. "C’est le rêve pour un athlète de pouvoir accéder à ce type de structure. Nous étudions en petits groupes, il n’y a que des bons sportifs et l’ambiance est excellente. Tous les équipements nécessaires à la préparation physique sont sur place, et l’école fait preuve de grande flexibilité." La saison 2017/18 sera celle de tous les exploits

pour Théo Gmür. Il décroche avec brio le globe de cristal général et celui de géant. Il également couronné dans trois disciplines différentes aux Jeux Olympiques de Pyeongchang en Corée. Cette authentique prouesse lui permet de rentrer en Suisse avec trois médailles d’or autour du cou et d’envisager son avenir sportif avec confiance.
 
Le jeune Valaisan vise en effet de nouveaux succès aux Championnats du Monde de 2019 et de 2021. Il a également l’ espoir de rééditer son incroyable triplé de 2018 aux JO de Pékin qui auront lieu en 2022.